-A +A
Partager sur Facebook
TÊTES D'AFFICHE

TÊTES D'AFFICHE

Prix Innovation clinique - Deuil périnatal de première ligne

Un programme reconnu comme une pratique exemplaire par Agrément Canada

Quatre infirmières (Manon Cyr, Ginette Meloche, Patricia Quirion et Céline Lévesque) et une intervenante sociale (Manon Larouche) du Centre de santé et de services sociaux de Vaudreuil-Soulanges ont mis sur pied le Programme de deuil périnatal complet en soins de première ligne, qui offre aux parents qui ont perdu un enfant un accompagnement soutenu qui contribue à briser leur isolement.

Deuil périnatal : trop fréquent et trop banalisé

Cette prise en charge des personnes endeuillées est essentielle si l'on considère qu'au pays, une grossesse sur quatre se termine par une perte périnatale, une situation fréquente, mais trop souvent banalisée.

En effet, les recherches démontrent que ce deuil complexe agit sur la santé physique et mentale des familles à court, moyen et long terme. Les infirmières offrent donc aux parents, écoute, rencontres individuelles ou de groupe, documentation et suivi de tous les instants.

Des outils pratiques et simples à utiliser

Une infirmière a également développé à l'intention des intervenants une boîte à outils en deuil périnatal, un document de référence complet et pratique sur CD. Une formation de sept heures est également offerte chaque printemps aux intervenants de différentes régions du Québec.

Un programme référence

Soulignons que ce programme, fort apprécié par les participants, a été reconnu comme une pratique exemplaire par Agrément Canada. Il est désormais mis en place dans plusieurs régions du Québec.

> Consulter la section Prix et bourses du site Internet de l'ORIIM pour plus de détails.

oriim_prix_innovation_clinique_2012.jpg
De gauche à droite : Patricia Quirion, superviseure clinique, infirmière clinicienne; Ginette Meloche, infirmière; Manon Cyr, infirmière clinicienne; Céline Lévesque, ASI, Chef d'administration de programme, infirmière clinicienne; Denise Gaudreau, présidente, ORIIM; Carole Mercier, secrétaire générale, OIIQ
Absente de la photo : Manon Larouche, intervenante sociale.


 

Prix Distinction Montérégie

 

Lyne Tremblay, vice-présidente de l'ORIIM; notre récipiendaire, Ginette Brunelle, directrice des soins infirmiers, Hôpital Charles-LeMoyne; Denise Gaudreau, présidente de l'ORIIM; et Olga Medeiros, directrice des soins infirmiers, CSSS Haut-Richelieu-Rouville et maître de cérémonie.

L'ORIIM a remis le prix Distinction Montérégie à Ginette Brunelle. Sa vision de « l'infirmière avant-gardiste », son implication et son professionnalisme ont permis de développer et de faire rayonner la profession infirmière dans plusieurs domaines. 

Une grande expérience

En tant que directrice des soins infirmiers au CSSS Haut-Richelieu-Rouville, sa vision a été déterminante dans la mise sur pied du projet informatique Symo. Elle a su allier ses connaissances et son leadership pour implanter ce projet qui a été adopté comme modèle par plusieurs établissements. Par la suite, directrice des soins infirmiers à l'Hôpital Charles-LeMoyne, elle a mis sur pied un modèle de dispensation des soins qui place au premier plan le rôle clinique de l'infirmière au sein des équipes de travail.

Une longue tradition d'implication

Elle a été la porte-parole et la présidente, pendant de nombreuses années, de la table des directrices de soins infirmiers de la Montérégie. Sa détermination, ses habiletés politiques et sa rigueur ont permis aux directrices de soins infirmiers, à l'échelle provinciale, d'être représentées au sein de l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) et d'être consultées par cette association. Elle a mis spontanément ses habiletés cliniques et administratives au service de la communauté infirmière en s'impliquant activement à titre de vice-présidente de l'ORIIM et administratrice du Conseil d'administration de l'OIIQ. Mme Brunelle a accompli beaucoup pour la profession infirmière et pour offrir des soins de grande qualité à la population. Elle est reconnue par ses pairs comme étant une femme d'exception, dévouée, décidée; sa façon de fonctionner est transparente et elle possède une personnalité attachante et un rire contagieux. 

L'ORIIM la félicite chaleureusement.

Prix Relève infirmière

 

laeticia_sue_bergeron.jpg
Leticia-Sue Bergeron, inf.

Le Comité jeunesse de l'ORIIM est fier de vous présenter la récipiendaire du prix Relève infirmière 2012 : Leticia-Sue Bergeron.

Cette jeune infirmière clinicienne présente un parcours bien rempli et elle a plus d'une corde à son arc.

Ayant commencé dans le domaine de la médecine et de la chirurgie, elle obtient son baccalauréat en sciences infirmières deux ans après avoir terminé son DEC. Par la suite, elle travaille en tant que clinicienne dans le domaine des soins critiques et ajoute un peu plus tard la fonction de professeure de stage en actualisation infirmière à son curriculum vitae. En 2010, elle poursuit son parcours en endoscopie et chirurgies mineures. Elle est actuellement étudiante à la maîtrise au programme d'infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne de l'Université de Sherbrooke.

Elle participe sans cesse à de nouvelles formations liées à son domaine de pratique, car l'acquisition de nouvelles connaissances et d'habiletés est un objectif qui lui tient à cœur. Dans son milieu de travail, Leticia-Sue démontre du leadership clinique et une grande aptitude dans le domaine des interventions en interdisciplinarité : deux qualités indispensables à la profession infirmière.

Nous souhaitons à madame Bergeron de poursuivre sur sa lancée et de continuer à inspirer ses collègues infirmières.


Soutenir la formation infirmière

48 200 $ en bourses et aide financière pour 2011-2012 en Montérégie.

Découvrez les lauréates

 

Grâce au Fonds patrimoine de l'OIIQ, constitué par les membres en vue de soutenir la formation infirmière, 5 bourses de 5 000 $ chacune et une bourse de 10 000 $ ont été remises à des étudiants choisis pour leur performance par les établissements d'enseignement de la Montérégie.

L'objectif de ces bourses est de soutenir la poursuite des études universitaires dans le cadre du continuum DEC-BAC ou d'études supérieures spécialisées en prévention et contrôle des infections.

Pas moins de 48 établissements (42 collèges et 6 universités), offrant une formation initiale en soins infirmiers ou en sciences infirmières, ont collaboré à l'attribution de ces bourses.

Bourses d'études de baccalauréat continuum DEC-BAC

  • Élyse Bériault - Collège de Valleyfield
  • Sarah Lafontaine - Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu
  • Joanie Patenaude - Collège Édouard-Montpetit
  • Rebecca Roy - Cégep de Saint-Hyacinthe
  • Laurie-Ève Tessier - Cégep de Sorel-Tracy
beriault_elyze.jpg Lafontaine_sarah.jpg patenaude_joanie_0.jpg roy_rebecca.JPG tessier_Laurie_eve.JPG
Élyse Bériault
Collège de Valleyfield
Sarah Lafontaine
Cégep de Saint-Jean-sur-Richelieu
Joanie Patenaude
Collège Édouard-Montpetit
Rebecca Roy
Cégep de Saint-Hyacinthe
Laurie-Ève Tessier
Cégep de Sorel-Tracy


Bourses et aide financière de l'ORIIM

L'ORIIM remet, pour sa part, une bourse de 1 000 $ à Hayet Belaid pour sa maîtrise en sciences infirmières à l'Université de Montréal. En outre, l'ORIIM a versé 13 200 $ d'aide financière pour des formations continues et des études au baccalauréat à plus de 27 infirmières pour l'année 2012.

Bourse d'études supérieures spécialisées en prévention et contrôle des infections

Isabelle Beaudoin, de l'Université de Sherbrooke, s'est démarquée par sa sensibilité à l'égard des autres, son sens aigu de l'écoute et sa facilité à travailler en équipe. Elle s'est toujours montrée extrêmement rigoureuse et motivée à parfaire ses connaissances, notamment en prévention et en contrôle des infections.

oriim_bourses_et_aides_2012.jpg
De gauche à droite : Denise Gaudreau, présidente, ORIIM; Carole Mercier, secrétaire générale, OIIQ; le professeur Luc Mathieu, vice-doyen aux sciences infirmières et directeur de l'École des sciences infirmières, Université de Sherbrooke; Isabelle Beaudoin, lauréate 2012; Cécile Michaud professeure agrégée, Université de Sherbrooke



 

Recherche

Mots clés

TD