-A +A
Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

Carte conceptuelle en éducation sur le diabète: une stratégie innovante et centrée sur le patient   

Au Québec (1), plus de 600 0000 patients adultes souffrent du diabète. La gestion de leur maladie nécessite des changements de comportements complexes pouvant mener à des difficultés d’autogestion. Ainsi, 50 % des patients atteints du diabète de type 2 contrôlent avec difficulté leur maladie (2). Pour assurer une autogestion appropriée et éviter les complications, des stratégies éducatives efficaces sont nécessaires. Toutefois, selon plusieurs études, les interventions proposées sont peu efficaces à long terme, en l’absence de l’intégration des activités d’autogestion dans la vie des patients (3, 4, 5). Les séances éducatives répondent d’ailleurs difficilement aux besoins d’information individuels et familiaux et font appel à des approches peu centrées sur le patient (6, 7). Pour contrer ces limites, il s’avère alors primordial d’instaurer une nouvelle intervention davantage centrée sur le patient et ses besoins. La carte conceptuelle (CC), un outil graphique représentant visuellement des relations entre des idées et des concepts, a démontré son efficacité en pédagogie pour mener à un apprentissage important à long terme. Utilisée auprès de personnes souffrant de diabète, elle met le patient au cœur de la discussion, réactive ses connaissances antérieures et met en évidence ses préoccupations, besoins, croyances et émotions (8, 9). Cependant, en éducation du diabète, la CC est employée principalement comme un moyen d’évaluation pour comparer les connaissances avant et après un programme d’éducation usuel, plutôt que comme une intervention en soi visant non seulement à déterminer les besoins, les croyances et les connaissances du patient, mais aussi à utiliser ces informations de façon structurée afin d’adapter la séance d’enseignement ultérieure (10).

L’objectif de l’étude est de concevoir une intervention de soutien à l’autogestion inspirée de la CC pour les personnes vivant avec des difficultés d’autogestion et d’en explorer l’acceptabilité et la faisabilité. Les objectifs spécifiques sont : 1) de coconstruire une intervention de soutien à l’autogestion inspirée de la CC en collaboration avec des experts; 2) de décrire sa mise en œuvre dans deux milieux de soins; 3) d’explorer son acceptabilité et sa faisabilité à partir de l’expérience de patients et d’infirmières.

Pour cette étude, un devis qualitatif descriptif selon l’approche interprétative de Thorne (11) a été choisi. L’objectif 1) a été réalisé en recrutant dans deux CLSC de la Montérégie un groupe d’experts comprenant, en plus de l’étudiante-chercheuse, deux patients adultes vivant avec le diabète de type 2, deux infirmières possédant au moins cinq ans d’expérience d’éducation en diabète et une spécialiste en pédagogie de la santé possédant au moins cinq ans d’expérience. Ensuite, deux rencontres de 3 h 30 avec le groupe d’experts ont permis de coconstruire l’intervention. Pour les objectifs 2) et 3), l’étudiante-chercheuse a recruté et formé 2 nouvelles infirmières pour utiliser l’intervention auprès de patients au cours de 2 rencontres de 1 h 30. Le recrutement de 10 à 15 patients adultes présentant un contrôle glycémique sous-optimal est en cours. Chaque patient rencontrera la même infirmière 2 fois de 1 à 3 mois d’intervalle lors d’une rencontre individuelle de 30 minutes. L’infirmière y utilisera la nouvelle intervention auprès du patient plutôt que les interventions usuelles. Plusieurs méthodes de collecte des données seront réalisées afin d’explorer l’acceptabilité et la faisabilité de l’intervention : observation de 4 rencontres patient-infirmière ; entretiens individuels avec les patients (n = 10 à 15) et les infirmières (n = 2) ; groupe de discussion avec les patients ; rencontre dyadique avec les infirmières. Tous les entretiens seront audio enregistrés, transcrits, puis analysés. Le Comité d’éthique à la recherche responsable des établissements concernés a approuvé l’étude.

Notre étude utilise la CC de façon innovante en l’intégrant à une démarche coconstruite par des patients, des infirmières et un pédagogue. À notre connaissance, aucune étude n’a à ce jour instauré une intervention individuelle de soutien à l’autogestion basée sur la CC pour cette clientèle. À notre avis, cette étude améliorera la qualité de l’éducation des personnes souffrant du diabète de type 2. Cette intervention pourra être analysée dans une étude future afin d’évaluer ses effets à moyen et long terme, et être implantée dans différents centres d’enseignement du diabète.

Sarah Lafontaine, M. Sc. inf., Étudiante au doctorat en recherche en sciences de la santé (cheminement en sciences infirmières)
Université de Sherbrooke
sarah.lafontaine@usherbrooke.ca

Édith Ellefsen, inf., Ph. D. (sciences infirmières)
Professeure titulaire, Université de Sherbrooke
edith.ellefsen@usherbrooke.ca

 

Références :

(1) Institut national de santé publique du Québec (2017). Diabète : la situation au Québec. Repéré à https://www.inspq.qc.ca/santescope/syntheses/diabete

(2) Harris, M. I. (2000). Health care and health status and outcomes for patients with type 2 diabetes. Diabetes Care, 23(6), 754-758.

(3) Minet, L., Møller, S., Vach, W., Wagner, L. & Henriksen, J. (2010). Mediating the effect of self-care management intervention in type 2 diabetes: a meta-analysis of 47 randomised controlled trials. Patient Education & Counseling, 80(1), 29-41.

(4) Tan, W. S., Ding, Y. Y., Xia, W. C. & Heng, B. H. (2014). Effects of a population-based diabetes management program in Singapore. The American Journal of Managed Care, 20(9), e388-e398.

(5) Norris, S., Lau, J., Smith, S., Schmid, C. & Engelgau, M. (2002). Self-management education for adults with type 2 diabetes: a meta-analysis of the effect on glycemic control. Diabetes Care, 25(7), 1159-1171.

(6) Wilkinson, A., Whitehead, L., & Ritchie, L. (2014). Factors influencing the ability to self-manage diabetes for adults living with type 1 or 2 diabetes. International journal of nursing studies, 51(1), 111-122.

(7) Crowe, M., Whitehead, L., Bugge, C., Carlyle, D., Carter, J. & Maskill, V. (2017). Living with sub‐optimal glycaemic control: the experiences of Type 2 diabetes diagnosis and education. Journal of advanced nursing, 73(3), 612-621.

(8) Marchand, C., d’Ivernois, J. F., Assal, J. P., Slama, G. & Hivon, R. (2002). An analysis, using concept mapping, of diabetic patients’ knowledge, before and after patient education. Medical teacher, 24(1), 90-99.

(9) Marchand, C. & d’Ivernois, J. F. (2002). L’apport des cartes conceptuelles dans l’éducation thérapeutique des diabétiques. Diabétologie et facteurs de risque, 8(71), 264-267.

(10) Godet, M., Marchand, C., De Andrade, V. & Gagnayre, R. (2015). The use of concept maps in the therapeutic patient education field: preliminary study with an analysis of the litterature. Education Thérapeutique du Patient-Therapeutic Patient Education, 7(2), 1-10.

(11) Thorne, S. (2016). Interpretive description: Qualitative research for applied practice. New-York: Routledge.

Recherche

Mots clés

TD