-A +A
Partager sur Facebook
CLINIQUEMENT VÔTRE

CLINIQUEMENT VÔTRE

Le but de cette rubrique est de présenter une proposition d’intervention publiée en 2010, sur l’utilisation de la pratique réflexive, sous forme de retour postévènement, à la suite de l'installation non planifiée d'une contention mécanique chez la personne âgée en CHSLD comme intervention favorisant l’utilisation de la contention en dernier recours seulement.

Introduction 

L'utilisation de la contention mécanique chez la personne âgée entraîne des effets négatifs, autant sur le plan physique que psychologique, qui sont bien documentés. Malheureusement, bien que la législation régissant les services de santé stipule que l’utilisation de la contention doit être minimale et que l’on ne doit y avoir recours que dans des situations exceptionnelles, il a été constaté que l’utilisation des mesures alternatives à la contention n’a pas atteint son niveau optimal en CHSLD, qu’il y a encore beaucoup de mesures de contention qui sont utilisées à mauvais escient et qu’il reste encore un travail important à faire afin que tous les intervenants aient une définition uniforme de ce qu’est la contention et de ce que signifie « mesure de dernier recours ». Au Québec, lorsque survient une situation non planifiée où l’application d’une contention pourrait être indiquée, l’infirmière est souvent la seule professionnelle habilitée à décider de l’utilisation de la contention sur les horaires de travail de soir, de nuit ainsi que la fin de semaine. Le processus décisionnel de l’infirmière est alors influencé par divers facteurs, qui doivent être pris en compte dans l’élaboration d’un programme de réduction de l’utilisation de la contention en CHSLD. Cette rubrique présente des recommandations ayant pour objectif d’intervenir sur les facteurs influençant la décision du personnel soignant d’utiliser la contention chez la personne âgée afin d’intervenir à la source même du processus décisionnel.

Méthode de recherche

Une recension des écrits a été réalisée sur les domaines suivants : 1) Programmes ou interventions efficaces pour réduire l’utilisation de la contention; 2) Pratique réflexive.

Résultats et implications pour la pratique infirmière 

Certains chercheurs se sont intéressés aux facteurs qui interviennent dans le processus décisionnel de l’infirmière lors d’un épisode de contention. Ces facteurs ont été regroupés en trois catégories : 1) Facteurs reliés à la personne âgée 2) Facteurs reliés à l’organisation et à l’établissement 3) Facteurs reliés au personnel soignant. Afin d’influencer l’attitude des infirmières face à l'utilisation de la contention, plusieurs auteurs recommandent l’augmentation de leurs connaissances sur les contentions, notamment sur ses effets néfastes sur la personne âgée. Bien que l’efficacité ou le transfert de connaissances résultant d’interventions basées exclusivement sur la formation ne soient pas suffisamment documentés, l’association d’un tel programme à toute intervention visant un changement de pratique demeure recommandée. Pour se faire, l’approche réflexive qui cible les modes d’apprentissage en équipe a été identifiée comme étant une option efficace pour implanter un changement de pratique durable au sein des équipes de soins. Certains éléments cruciaux basés sur le cycle de réflexion de Schön (1983) ont été repris par des auteurs et constituent des pistes intéressantes pour ce type de pratique durable.

Conclusions et recommandations

Première recommandation : La mise en place ou la poursuite d’un programme permettant de rehausser les connaissances des équipes de soins sur les conséquences physique et psychologique de l’utilisation de la contention mécanique chez la personne âgée, ainsi que sur les mesures alternatives disponibles dans leur milieu de soins.

Deuxième recommandation : La mise en place d’un processus de retour postévénement en équipe permettant l’analyse de chaque épisode d’utilisation de la contention mécanique en contexte de soins non planifié chez la personne âgée afin de s’assurer que l’utilisation de cette mesure se fasse en dernier recours seulement lors d’un événement ultérieur. Ainsi, un processus d’apprentissage en équipe inspiré du cycle de réflexion de Schön (1983), incluant une étape de débriefing ou réflexion sur l’action, pourrait se dérouler selon les étapes suivantes :

  1. Problème clinique nécessitant une intervention
  2. Réflexion dans l’action, en équipe, qui guide l’infirmière dans son processus décisionnel
  3. Application de la décision par l’équipe
  4. Débriefing ou réflexion sur l’action, idéalement avec l’équipe de soins directement impliquée dans l’événement
  5. Intégration des nouvelles connaissances (ou apprentissage dans l’action)

Les recherches doivent être approfondies, pour l’avancement des connaissances en sciences infirmières et pour la pratique clinique, sur l’implantation du retour postévénement en équipe, qui demeure actuellement peu utilisé dans les projets impliquant un changement de pratique. Cette stratégie d’apprentissage en équipe, jumelée à un programme de formation, pourrait s’avérer prometteuse pour une intégration des connaissances des plus efficaces et un changement de pratique durable.

Lien vers l’article complet : http://revue-infirmiereclinicienne.uqar.ca/Parutions/Volume9numero1.php  

Josée Ferland, inf. M. Sc., Conseillère cadre à l’enseignement universitaire, aux stages, à la recherche et à la formation au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Ouest

Références

Ashcraft, L., & Anthony, W. (2008). Eliminating Seclusion and Restraint in Recovery-Oriented Crisis Services. Psychiatr Serv, 59(10), 1198-1202. doi: 10.1176/appi.ps.59.10.1198.

Bothe, J., & Donoghue, J. (2009). Using action research to develop a model of patient-centred day care. Practice Development in Health Care, 8(3), 152-160.

Day, J., Higgins, I., & Koch, T. (2009). The process of practice redesign in delirium care for hospitalised older people: A participatory action research study. International Journal of Nursing Studies, 46(1), 13-22. doi: DOI: 10.1016/j.ijnurstu.2008.08.013.

Flood, C., Brennan, G., Bowers, L., Hamilton, B., Lipang, M., & Oladapo, P. (2006). Reflections on the process of change on acute psychiatric wards during the City Nurse Project. Journal of Psychiatric & Mental Health Nursing, 13(3), 260-268.

Gustafsson, C., Asp, M., & Fagerberg, I. (2007). Reflective practice in nursing care: Embedded assumptions in qualitative studies. International Journal of Nursing Practice, 13(3), 151-160. doi: 10.1111/j.1440-172X.2007.00620.x.

Hall, J. E. (2006). Professionalizing action research -- a meaningful strategy for modernizing services? Journal of Nursing Management, 14(3), 195-200.

Hamers, J. P. H., & Huizing, A. R. (2005). Why do we use physical restraints in the elderly? Zeitschrift für Gerontologie und Geriatrie, 38(1), 19-25. doi: 10.1007/s00391-005-0286-x.

Hamers, J. P. H., Meyer, G., Köpke, S., Lindenmann, R., Groven, R., & Huizing, A. R. (2009). Attitudes of Dutch, German and Swiss nursing staff towards physical restraint use in nursing home residents, a cross-sectional study. International Journal of Nursing Studies, 46(2), 248-255. doi: 10.1016/j.ijnurstu.2008.06.007

Huizing, A. R., Hamers, J. P. H., de Jonge, J., Candel, M., & Berger, M. P. F. (2007). Organisational determinants of the use of physical restraints: a multilevel approach. Social Science & Medicine, 65(5), 924-933.

Hyde, S., Fulbrook, P., Fenton, K., & Kilshaw, M. (2009). A clinical improvement project to develop and implement a decision-making framework for the use of seclusion. International Journal of Mental Health Nursing, 18(6), 398-408. doi: 10.1111/j.1447-0349.2009.00631.x.

Lai, C. (2007). Nurses using physical restraints: Are the accused also the victims? - A study using focus group interviews. BMC Nursing, 6(1), 5.

Loi sur les services de santé et les services sociaux [LSSS] (1998), L.R.Q., c.S-4-2, article 118.1.

Ministère de la Santé et des Services Sociaux (2009). Un milieu de vie de qualité pour les personnes hébergées en CHSLD-Visites d’appréciation de la qualité-Rapport national septembre 2004 à juin 2007. Document récupéré de : http://www.msss.gouv.qc.ca

Moore, K., & Haralambous, B. (2007). Barriers to reducing the use of restraints in residential elder care facilities. Journal of Advanced Nursing, 58(6), 532-540.

Pellfolk, T. J. E., Gustafson, Y., Bucht, G., & Karlsson, S. (2010). Effects of a Restraint Minimization Program on Staff Knowledge, Attitudes, and Practice: A Cluster Randomized Trial. Journal of the American Geriatrics Society, 58(1), 62-69. doi: 10.1111/j.1532-5415.2009.02629.x.

Saarnio, R., Isola, A., & Laukkala, H. (2009). The use of physical restraint in institutional care of older people in Finland: nurses' individual, communal and alternative modes of action. Journal of Clinical Nursing, 18(1), 132-140.

Schön, D. A. (Ed.). (1994). Le praticien réflexif : à la recherche du savoir caché dans l'agir professionnel / Donald A. Schön ; traduit et adapté par Jacques Heynemand et Dolorès Gagnon. Montréal: Éditions Logiques.

Suen, L. K., Lai, C., Wong, T., Chow, S., Kong, S., Ho, J., et al. (2006). Use of physical restraints in rehabilitation settings: staff knowledge, attitudes and predictors. Journal of Advanced Nursing, 55(1), 20-28. doi: 10.1111/j.1365-2648.2006.03883.x.

Vashdi, D. R., Bamberger, P. A., Erez, M., & Weiss-Meilik, A. (2007). Briefing-debriefing: using a reflexive organizational learning model from the military to enhance the performance of surgical teams. Human Resource Management, 46(1), 115-142.

Vatne, S., Bjornerem, H., & Hoem, E. (2009). Development of professional knowledge in action: experiences from an action science design focusing on acknowledging communication in mental health. Scandinavian Journal of Caring Sciences, 23(1), 84-92.

http://revue-infirmiereclinicienne.uqar.ca/Parutions/Volume9numero1.php   

Recherche

Mots clés

TD