-A +A
Partager sur Facebook
COMITÉ JEUNESSE

COMITÉ JEUNESSE

La pratique infirmière en hébergement : déconstruire les a priori. Bien loin de notre passé de soignante religieuse, le rôle de l’infirmière et de l’infirmier en centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) a beaucoup évolué. Étant à la base un milieu de vie, il est aussi un milieu de soins. Contrairement à la pensée populaire, les bénéficiaires résidant en CHSLD cumulent les problèmes de santé complexes nécessitant une expertise bien particulière. En effet, la prise en charge des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence, des chutes et des soins palliatifs ne sont que quelques exemples parmi les diverses responsabilités des infirmières et infirmiers en hébergement. Par ailleurs, ces pathologies s’ajoutent aux problèmes de santé courants rencontrés sur les unités de soins tels que le diabète, l’infarctus du myocarde et l’AVC. De plus, l’autonomie de pratique permet l’exercice d’un leadership transformationnel, allant de la coordination des soins au mentorat des équipes. Cette même autonomie requiert un jugement clinique aiguisé, facilitant la détection précoce de l’altération de l’état de santé des usagers. Occupant un rôle central, l’infirmière ou l’infirmier doit compter sur ses aptitudes d’évaluation, la pierre angulaire de la pratique en hébergement. Grâce à sa position privilégiée, elle ou il peut établir un partenariat de collaboration avec les autres professionnels, développant ainsi sa pensée systémique. Autrement dit, travailler en hébergement est synonyme d’approfondissement de ses compétences en évaluation, surveillance clinique et suivi de la clientèle, remettant en perspective la vision des soins prodigués en milieu de vie.

Amira Sid Mohend
Comité jeunesse
membre liaison avec l’Université de Sherbrooke

Recherche

Mots clés

TD